Recherche sur le vécu du port du bracelet électronique

Co-direction  : Annie Beziz (MCF droit pénal Lyon 3) et Jean-Pierre Durif-Varembont   (MCF-HDR psychologie Lyon 2), avec Dr Pierre Barlet (psychiatre, expert) le soutien de Jean-Marc Elchardus ( médecine légale psychiatrique, Lyon 1)
Equipe de recherche regroupant des chercheuses en droit pénal et en psychologie clinique : Linda Bouchenak Hélène Collet , Claire Douzou , Delphine Gibaud , Nelly Hur-Vario

Le placement sous surveillance électronique est actuellement appelé à se développer. De ce fait, il apparaît nécessaire de savoir comment cette mesure est vécue par les personnes directement concernées. Il s’agit de mieux connaître comment vivent au quotidien ceux qui portent le bracelet, quels sont, de leur point de vue, les avantages et les inconvénients, quelles sont les réactions de leurs entourages familial et professionnel. 

Les résultats de cette recherche de type exploratoire dont sont destinés principalement aux magistrats ordonnateurs et aux partenaires des SPIP (création d’un outil criminologique et clinique d’évaluation du PSEM). Elle s’effectue par entretiens semi directifs auprès des deux populations directement concernées :

  • Les détenus à qui cette mesure est proposée. Le projet est de les rencontrer au cours de deux périodes : celle du délai de réflexion entre la proposition par le magistrat et l’éventuelle acceptation par le sujet, puis quelques mois après la pause effective.  
  • Les magistrats ordonnateurs de cette mesure : il s’agit de mettre en évidence leurs critères d’appréciation et de choix.